Programme de juin à août 2018

Consulter/télécharger le programme de juin à août 2018 pour lecture web.

Pour la version à imprimer en A3 cliquer

En juin :

  • Permanences : jeudi 17h – 20h et dimanche 15h30 – 19h30
  • Ciné-club : lundi tous les 15 jours – 19h
  • Groupes de lecture : samedi – 16h
  • Ciné-club enfants : dimanche tous les 15 jours – 15h30

En juillet et en août :

  • Permanences : vendredi 16h – 19h
  • Ciné-club : vendredi tous les 15 jours – 19h, les autres permanences seront suivies de projections libres
  • Groupes de lecture : samedi – 16h



Edito :

Depuis ce printemps, quelque chose comme un mouvement tente de se déployer. Occupations, manifs, grèves des transports, blocages, sabotages… Des partiels sont bloqués, l’idée de se donner enfin les moyens de bloquer le bac commence à circuler… des ingrédients sont là. Mais le goût de la sauce peine encore à piquer assez fort.
Et il y a bien de quoi être nombreux à vouloir en finir avec l’existant : tous triés aux frontières, à l’école, à pôle emploi, et tous envoyés là où on sera rentable, assignés à un statut de merde, un taf pourri, des miettes d’allocations en échange des preuves d’une bonne insertion en cours. Voilà la réussite que propose ce monde, voilà la bonne gestion que cherche à produire la loi ORE et l’ensemble de l’arsenal législatif dans laquelle elle s’insère. On pourrait donc bien vouloir tout liquider…
Pourtant, c’est surtout 68 qui finit d’être liquidé dans son énième commémoration (à Monoprix, comme à la CGT ou dans les ventes d’art contemporain). Loin de dégager un terrain propice à ce que s’inventent enfin les prémices d’une révolution qui pourrait venir, cette liquidation sordide semble bien emporter avec elle les dernières bribes d’une époque ou cette perspective vivait. Et, faute de perspectives révolutionnaires peut-être, le mouvement actuel peine à se donner les moyens de son autonomie et de son débordement, et se laisse piéger dans l’enfermement dans des facs occupées défendues comme des territoires (« ZAD partout »), dans la folklorisation de la radicalité en manifestation et dans la gestion bureaucratique des pratiques militantes et la politicaillerie des lectures identitaires et paternalistes autour desquelles se recompose la gauche de la gauche.
Alors pour essayer de partager questionnements et analyses, on propose de discuter, le 15 juin, pour l’occasion, de la place des perspectives révolutionnaires dans un mouvement social, dans celui d’aujourd’hui, dans ceux du passé, et en général. On pourra ainsi poursuivre la réflexion entamée autour de la discussion de l’été dernier sur l’opposition entre convergence des luttes et dépassement, tout en se posant actuellement et inactuellement la question des moyens et des perspectives qu’on se donne pour intervenir. Par ailleurs, la liquidation des perspectives révolutionnaires par l’enfermement dans des arrière-mondes séparés, bien que s’incarnant dans le mouvement actuel, relève également d’une logique plus large, que l’on tentera d’approcher le 8 juin en se posant la question des paradis artificiels comme fuite hors du réel.
Dans le cadre des groupes de lecture, on cherchera à s’y retrouver dans les propositions politiques qui frayent plus ou moins leur chemin aujourd’hui, en particulier en lisant ensemble l’Appel (quitte à froisser quelques amis, nous pensons qu’il est maintenant temps de confronter la proposition qui s’est formulée dans le petit livre marron il y a quinze ans à ce qu’elle est devenue aujourd’hui), et en lisant des textes autour de la question de la territorialisation des luttes.
Et puis on poursuit le ciné-club des adultes avec les gros monstres qui n’ont toujours pas peur des ruines et portent sans doute toujours dans leur coeur un monde nouveau, et d’autres films qui nous ont semblé propices à la discussion, et celui des enfants, qui regarderont bien ce qu’ils voudront.
En juin, pendant les permanences du jeudi et du dimanche, la bibliothèque est ouverte à tous pour discuter de tout ça, donner des nouvelles, en prendre, proposer des idées de discussion, de projections ou autres, questionner ce projet, apporter des livres pour la bibliothèque, en emprunter, déposer des tracts, revues, brochures, journaux pour la diffusion, venir en chercher… et même amener de l’argent dont la bibliothèque a structurellement besoin (sans assignation aucune, sauf celle des huissiers).
A partir du mois de juillet, les permanences se dérouleront le vendredi et seront suivies une semaine sur deux de projection libres : tous ceux qui viennent peuvent amener un film et le proposer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *