Démontage judiciaire – L’affaire Pierre Rivière

Samedi 10 décembre à 17 h

 

Le 3 juin 1835, Pierre Rivière, un paysan de 20 ans originaire du Calvados, tue à coups de serpe sa sœur, son frère et sa mère enceinte de 6 mois. Suite à une cavale de près d’un mois à pied entre les forêts et les villages voisins, il se fait arrêter et enfermer. Le procureur du roi suggère à Pierre Rivière de justifier son acte par écrit, ce qui le pousse à écrire un Mémoire qui sera une pièce maîtresse d’un procès qui suscitera toutes sortes d’attentions (judiciaires bien sûr, psychiatriques, mais aussi philosophiques avec les travaux d’Arlette Farge et de Michel Foucault entre autres). Durant l’instruction, de longs débats sur sa potentielle aliénation, au moment où il a commis l’acte, et de manière générale, ont lieu pour savoir s ‘il passera ou non en procès, si son état lui permet d’être jugé ou s’il doit être considéré comme irresponsable. Ces débats seront aussi déterminants durant le procès pour savoir s’il sera condamné ou non à mort, peine à laquelle il sera finalement condamné, à la fin d’un long procès, mais avec la possibilité d’un aménagement de peine, 6 des jurés étant finalement favorables à prendre en compte des circonstances atténuantes. Son pourvoi en cassation est rejeté mais Louis Philippe commue sa peine en prison à perpétuité. Pierre Rivière, qui se considérait comme déjà mort, se suicidera le 20 octobre 1840 dans une cellule de la prison de Beaulieu, à Caen.

Cette affaire de parricide, commise par celui qui fut considéré à l’époque comme un monstre, nous intéresse à plus d’un titre. Elle suscite en nous plusieurs interrogations. Quel est ce rejet viscéral mêlé à une fascination qu’il suscite dans la population ? Pourquoi la question de la personnalité du fou a-t-elle pris une telle importance pour l’appareil judiciaire ? Qu’est-ce que ces débats autour de l’irresponsabilité pénale ont d’actuel ? Qu’est-ce que cette affaire nous dit de la famille et de son enfermement pathogène ? De quoi se représentait-il que ce parricide et fratricide allait le délivrer ? Comment Pierre Rivière intègre-t-il le discours du droit (notamment celui de la propriété et de l’héritage) dans l’espèce d’autobiographie qu’il produit à cette occasion ? Ce faisant, le déborde-t-il ou reste-t-il dans ses acceptions ? Qu’est-ce que cela nous dit de la vision singulière que Pierre Rivière a de la société et du droit qui la régit ?

Consultez ou téléchargez les documents réunis à cette occasion ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *