Comment vous dire à quel point depuis longtemps déjà, mais particulièrement maintenant, il y a mieux à faire….

Nous avons écrit ce texte (et nous ne pensions pas le publier ailleurs) pour qu’il soit lu par celles et ceux qui ont assisté à la vague de spam dégueulasses sur Indymedia Nantes qui nous accuse de tout et n’importe quoi, nous insulte, s’attaque tout particulièrement à un d’entre nous. Nous en venons à le mettre ici parce qu’un des modérateurs d’Indymedia Nantes le refuse, donnant ainsi raison au/à la spameur-euse qui ne se prive pas de continuer ses insultes sexistes, validistes, antisémites, à consonnances fascistes… et surtout remplies de mal-être, d’appel au suicide, de divagations sur son caca. Cette personne, quelle qu’elle soit, va très mal et s’attaque à nous sans retenue.
Indymedia Nantes, lieu où se déverse cette vague ignoble et désolante de malveillance et de mal-être à la fois, croit bon de conforter le-la spameur-euse en interdisant la bibliothèque de publication. Cet abus de pouvoir d’un des modérateurs dont on se demande bien à quoi il est en train de jouer engage toute la modération de ce site sur une voie indéfendable. C’est irresponsable pour la personne qui est visiblement en train de vriller avec le confinement et doit être bien mal entourée, c’est aussi contraire à toute ethique de protection minimale de ceux qui se font harceler. Nous avons plusieurs fois proposé à Indymedia Nantes de les rencontrer pour parler de cette situation dont nous nous occupons beaucoup trop pour notre propre bien, ils ont toujours refusé, et maintenant nous reprochent de ne pas nous en être expliqué. C’est très grave de se comporter ainsi, très dommageable pour la suite et c’est pourquoi nous publions ce texte ici, alors que nous avons bien mieux à faire…


Ce texte est destiné à celles et ceux qui se sont infligés ou s’infligent la lecture des spams qui inondent toutes les parties d’Indymedia Nantes depuis trop longtemps, et plus particulièrement ces dernières 24h. On est dégoûtés d’avoir à écrire et diffuser la mise au point qui suit, alors qu’il y a tellement autre chose à faire et à penser aujourd’hui, on est dégoûtés que toute la vie qu’il y a dans cette bibliothèque se retrouve ainsi mise au second plan et qu’une intention malveillante puisse être assez nuisible pour faire perdre à tout le monde ce temps-là, profitant d’internet et des nouvelles technologies et de leur anonymat bien particulier pour se faire armée. Alors, avant de retourner à des activités plus utiles, écrire ce texte nous a quand même semblé nécessaire.

Comment vous dire à quel point depuis longtemps déjà, mais particulièrement maintenant, il y a mieux à faire….

le 24 mars 2020,

En réponse au commentaire d’un modo d’Indymedia Nantes qui met en cause la bibliothèque à laquelle nous participons

je vois qu’on s’ennuie sec. On soutient pas les harceleurs, pour rappel on habite pas panam, on connait pas grand chose à ces histoires. En tout cas on a pas refusé les articles qui dénoncent des pratiques qui ont l’air bien pourries. On est pas non plus d’accord avec la façon dont les fleurs arctiques répondent (pas) aux problèmes de harcèlement dénoncés. Et du coup on obeira pas aux injonctions de censure. Tout mettre sur le dos d’un trollage c’est bien facile. allez dehors !!!

Un modo d’indynantes, pour accompagner le refus d’un des spams de la crise en cours aujourd’hui.

Nous nous sommes concertés comme nous avons pu malgré le confinement suite à la nouvelle fournée extrêmement virulente de spams insultants et harcelants à notre égard qui se déverse depuis ce matin sur Indymedia Nantes. Une flopée de projets ou de personnes qui n’ont pas grand chose à voir avec le lieu auquel nous participons, à part peut-être l’anarchisme ou la révolution, comme la bibliothèque anarchiste Libertad, plusieurs sites, auteurs, comptes twitters, groupes de musique même, se retrouvent englobés dans ce processus dégueulasse, salissant, et on en sait quelque chose.

Ça fait des années que ça dure, plus ou moins sous cette forme, et comme c’est très public, tout le monde le sait, certains s’en frottent les mains, en profitent, immiscent leur sale politique là-dedans (et c’est pas joli joli…) . Dans les spams d’aujourd’hui, ça atteint des sommets (discours semi faf, racisme, insultes sexistes dégradantes, antisémitisme, eugénisme, insultes contre les autistes et les handicapés, etc.). Et là, on nous dit depuis la modération d’Indymedia Nantes qu’« on est pas non plus d’accord avec la façon dont les Fleurs Arctiques répondent (pas) aux problèmes de harcèlement dénoncés ». Mais quelle est cette opinion ? D’où sort-elle ? Pourquoi ?

Nous traitons les accusations de harcèlement depuis qu’elles ont émergé au cours d’un harcèlement, lui, bien réel, subi par les projets que les uns et les autres d’entre nous menons (en effet, pour ceux qui suivent, c’est assez tardivement dans ce processus que la personne qui nous harcelait s’est mise à dire comme tout bon retourneur de cerveaux que c’était elle qui était harcelée par nous, alors même qu’aucun d’entre nous n’avait, par un choix collectif, plus aucun contact avec elle depuis bien longtemps, c’était même ce qu’elle reprochait à l’un d’entre nous d’ailleurs… se sentant harcelée par son absence de contact…. Nous avons tous les mails et les messages divers qui montrent bien tout ça, mais qui ça intéresse vraiment de savoir ce qui s’est réellement passé s’il ne s’agit que d’en tirer profit à sa petite échelle et pour ses petites raisons ?).

Alors que nous sommes aux prises avec ce phénomène depuis bien longtemps, qu’il pourrit nos projets, nos perspectives révolutionnaires et tentatives d’organisation collective, nous avons TOUJOURS proposé à TOUTES CELLES ET TOUS CEUX QUI LE VOULAIENT de clarifier ces histoires, d’en parler, de les résoudre, de donner aux uns et aux autres des éléments pour comprendre la situation, quitte à prendre une à une chacune des accusations mensongères, des rumeurs, etc. et à y confronter ce qui s’est passé, preuves à l’appui. Nous avons été quelquefois mais trop rarement écoutés, nous avons ouverts nos boîtes mails à des presque inconnus qui remettaient en question la véracité de ce que nous disions, tout ça a été très pénible, mais la proposition tient toujours pour ceux qui se questionneraient sérieusement. Nous sommes un lieu public et ouvert, en dehors de période de confinement, et, même si nous avons bien mieux à faire, nous avons toujours été volontaires pour toutes les clarifications possibles.

Par ailleurs, du point de vue d’un média comme Indymedia Nantes, “censurer le troll” n’est pas prendre partie d’un côté d’une embrouille où chacun aurait des torts. “Censurer le troll”, c’est le strict minimum à faire en tant que média des luttes. Ces trolls-là ne sont pas drôles du tout, ne font réfléchir à rien, déversent des sceaux de merde sur ceux qu’ils ont croisés sur leur route et qui n’ont pas obéi à leurs injonctions ou pas consenti aux relations que ces personnes voulaient vivre avec certains d’entre nous. Ne pas prendre part à ces histoires, c’est justement “censurer” ce genre de trolls, qui ne font que nuire et déverser leur mal-être. Pour l’intelligence collective et contre la décrépitude des luttes, laissez les débats sur le fond se tenir, et empêchez les trolls harceleurs de les pourrir ainsi. Vous le faites d’ailleurs la plupart du temps, pas besoin de nous salir pour autant. Si vous avez des désaccords sur le fond de ce qu’on diffuse, sur ce qui se passe en vrai dans cette bibliothèque (non personne ne s’est fait virer d’une permanence parce qu’il portait un tee-shirt pas de la bonne couleur, on n’a jamais mangé personne, entre les gens qui participent à ce lieu, tout va bien merci, on est même rejoints par pas mal de monde et les gens ont l’air contents d’être là, etc., etc.), pas de problème pour en discuter.

Nous ne nous laisserons jamais faire par ce harcèlement, fait de rumeurs mensongères énoncées dans des couloirs, relayées par quelques personnes en mal de relations ou de sensations.

Nous ne demandons pas de l’aide, depuis un moment déjà nous savons sur qui nous pouvons compter sérieusement. Nous demandons des réactions sensées, respectueuses de chacun, au lieu de faire de la basse politique avec le mal-être d’un ou deux individus qui emportent dans leur désœuvrement d’autres gens juste parce qu’ils les ont, malheureusement pour eux, croisés.

Oui, il faut virer les spams et censurer les trolls, et commencer enfin à parler de choses importantes et intéressantes comme ce qui arrive au monde en ce moment…

 

A défaut de le faire pour nous protéger de ces infamies qui ne vous dérangent ostensiblement pas, faites attention à vous-mêmes, ce troll (ou ses doubles opportunistes) peut vous tomber dessus très vite, à la moindre contrariété, et vous ne soupçonnez pas la perversité de ses pratiques qui dépassent largement internet.

Nous non plus on soutient pas les harceleurs !

Courage à tous les révoltés dans cette période particulière à bien des égards.

 

Des participants à la bibliothèque des Fleurs Arctiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *