Morse

Tomas Alfredson – 2009 – 1h54
Mercredi 30 janvier 19h30

Toujours, le film de vampire nous parle de désir, de bien et de mal, de vie et de mort, de religion. Toujours aussi, d’étrangeté face au monde, du différent, de celui qui vit à part dans les ténèbres. Parfois, le film de vampire est policier. Parfois, il est romantique, ou tragique. Il y a même des films de vampire qui sont des comédies. Mais ici, tout est plus grave, c’est une histoire d’amour réaliste. Ici, on ne scintille pas en plein jour, ici, on crève la gueule dans la neige, de jour comme de nuit. Ici, le vampire est prolétaire, et cela n’a rien d’un fantasme ouvriériste. Ici on est tout seul, car le monde est vraiment merdique. Ici, tout est froid, tout est sombre, et entre famille et école, la vie est dure… Ah et oui, ici, ce sont des enfants. Alors que l’on parle de douceur et de rêves, d’amour, de cruauté et de tristesse, tout est pire, et si tout était révolutionnaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *